Un constat nécessaire

L'humanité vit dans un monde désordonné : conflits pour l'indépendance ou pour l'accès à la démocratie, guerres pour des causes insensées, régimes de toutes sortes, démocraties apparentes, intolérances, injustices, minorité de très riches et majorité de pauvres, … la liste pourrait être malheureusement rallongée. Combien ont vraiment conscience de l'absurdité de cet existant ... semblable à une immense jungle ?

Dans ce système, les progrès sociaux s'obtiennent par le combat. La réalisation humaine n'y a pas droit de cité et elle y est d'ailleurs perçue comme une gageure impossible, voire comme un idéal de perfection. Or la perfection n'est pas terrestre. Voici, en outre, une attitude de pensée improductive. Car l'épanouissement humain n'est en rien la perfection, mais un perfectionnement. L'homme doit donc arriver à faire ce passage évolutif. Par cette aspiration, l'humanité se libérera des chaînes de l'animalité. Une incontournable nécessité !

La persistance de la haine depuis des millénaires, l'acculturation à l'agressivité, la multiplication des violences en tous lieux de ce monde tendent à voter en faveur d'une inscription de l'animalité dans le génome humain. Certes, les médias concourent au formatage des mentalités et, partant, à persuader les gens que la nature de l'homme est plus tournée vers le mal que vers le bien. J'imagine que nombre de lecteurs des articles de ce site trouveront utopique cet impératif d'évolution que j'évoque. Pourtant, l'animalité, à laquelle l'être humain souscrit d'une façon générale, n'est nullement génétique. Ses comportements archaïques procèdent du « vieil homme » en lui, c'est-à-dire de la mémoire ancestrale de l'humanité que le psychanalyste C.G. Jung a appelé l'inconscient collectif. Il peut parvenir à dépasser cet assujettissement par l'Amour. Il faut qu'il en vienne pour cela à une juste compréhension de l'Amour, lequel ouvre la voie vers une belle universalité.

J'ai foi que des femmes et des hommes choisissent de ne pas obéir aux travers de l'ego et de privilégier des comportements inspirés par l'âme. Celles-là et ceux-là espèrent assurément en l'avènement prochain d'une société très différente de l'actuelle.

L'équilibre de ce monde est menacé ainsi que le devenir de l'humanité. Certes, le capitalisme ruine peu à peu l'humain et la planète. Si une grande prise de conscience n'a pas lieu, l'issue de ce système sera terrible et dramatique pour nombre de peuples.

Un monde nouveau ne se concrétisera pas grâce à une volonté des gouvernements ou politiciens actuels, mais grâce à celle des peuples. C'est par par un modèle politico-économique en tous points novateur que ce changement ne se réduira pas à un simple réaménagement de l'existant, à un triste replâtrage.